TwitterFacebook Email
Twitter

L’antenne de Neuilly du Mouvement Européen-Hauts-de-Seine a le plaisir de vous convier à sa conférence-débat sur le thème :

« Où va l’Europe ? »

avec :

Jean-Marie Cavada, Président du Mouvement Européen-France et Député européen,

Jean-Christophe Fromantin, Député des Hauts-de-Seine, Maire de Neuilly-sur-Seine 

Agnès Bauche, Présidente du Mouvement Européen Hauts-de-Seine et Conseillère municipale à Boulogne-Billancourt

La modération a été assurée par Bernard Pottier, membre du Mouvement Européen des Hauts-de-Seine en charge des actions pédagogiques auprès des lycées et des collèges de Neuilly-sur-Seine

 

Emilie Quintin, Responsable de l’antenne de Neuilly du Mouvement Européen-des-Hauts-de-Seine, a accueilli une salle comble de 120 personnes avec un discours d’introduction dans lequel elle a présenté le Mouvement Européen-France et sa section locale des Hauts-de-Seine. Après être revenue sur la naissance du ME-F et sur ses valeurs, elle a présenté les évènements que le ME-F organise régulièrement (Cafés d’Europe du ME-F, la Fête de l’Europe entre autres), ainsi que ceux du Mouvement Européen des Hauts-de-Seine (débats thématiques avec Jean-Pierre Jouyet ou encore Daniel Cohn-Bendit, les voyages en UE ou encore l’anniversaire de la Chute du Mur de Berlin). Elle a conclu son propos en annonçant les évènements à venir, et en remerciant les personnes qui l’ont aidée à organiser cet évènement.

Bernard Pottier a ensuite entamé sa médiation par un rappel des paroles de Jean Monnet dans le Salon de l’Horloge du Quai d’Orsay, le 9 mai 1950 : il a en effet rappelé que le projet de ceux que l’on appelle aujourd’hui les Pères fondateurs était bien une fédération européenne, non des Etats, mais des hommes.

De même, il a rappelé à tous les merveilles de l’invention d’une Communauté européenne du Charbon et de l’Acier (CECA), 5 ans à peine après la fin de la seconde guerre mondiale. Une création que Jean-Marie Cavada, Président du Mouvement Européen-France et invité de cette conférence-débat, a lui-même qualifié un peu plus tard de « véritable miracle ».

Emilie Quintin, responsable de l’antenne de Neuilly du ME des Hauts-de-Seine, Jean-Marie Cavada et Bernard Pottier

« L’Europe, pour quoi faire, pour quel projet ? » a été la question adressée par Bernard Pottier à Jean-Marie Cavada. Celui-ci a développé sa réponses en plusieurs termes :

  • Revenant tout d’abord sur l’actualité, il a rappelé que la crise grecque était aujourd’hui exagérée. Si les Etats-Unis, qui sont largement plus endettés, ne subissent pas les mêmes attaques que la Grèce, c’est parce que leur politique économique est soutenue par un système et un projet politique qui lui donnent de la crédibilité : un système fédéral.
  • Pour Jean-Marie Cavada, l’Europe est le thuriféraire d’un sens et d’une mise en pratique d’un humanisme européen. C’est ce projet et ces valeurs qu’elle doit continuer de construire et de défendre, notamment face aux nationalismes montants actuellement.
  • De même, l’Union européenne est détentrice d’un savoir-faire, notamment dans les domaines de la nanotechnologie, de la biotechnologie, ou encore des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Face au besoin de se repositionner dans le monde actuel, à côté et en face des grandes puissances telles la Chine ou les Etats-Unis, l’Europe a aujourd’hui du mal à redevenir un pôle d’attraction dans ces domaines. cependant, le message positif du Président est le suivant : « personne ne pensait, il y a à peine 10 ans, que la Chine serait capable de ce qu’elle produit aujourd’hui. Nous, Européens, pouvons par conséquent aller aussi très vite ».
  • Ce qui manque à l’Europe, c’est un système politique crédible. Pourquoi vouloir une fédération européenne ? Pour donner une signature, une parole crédibles à l’Union européenne. Un système européen qui garantisse la solidarité et sa mise en pratique directe au sein de l’Europe.
  • Le fédéralisme a été un mot dévoyé qu’il est nécessaire de démystifier. Pour Jean-Marie Cavada, c’est l’histoire qui nous appelle. Le fédéralisme constitue une solution pratique, visant à remettre de l’ordre dans la gestion de la crise et maîtriser une technocratie qui a pris les rênes en l’absence d’un pouvoir et d’un projet politiques crédibles et pratiques.
  • Jean-Marie Cavada a par conséquent clos son intervention sur un appel aux citoyens à retrousser leurs manches, et à se « mêler de ce qui les regarde », c’est à dire leur propre sort. Il a appelé les citoyens présents à donner le courage à leurs politiques de prendre les décisions qui permettront, via un fédéralisme pratique, à sortir par le haut de la crise actuelle.
Jean-Christophe Fromantin, Député/Maire de Neuilly-sur-Seine, a rappelé pour sa part que le mot de subsidiarité était lui-même représentatif d’un principe plein de bon sens puisqu’il pose une question simple : « quelle efficacité pour quelle échelle ? »

 

Il a également rappelé la dimension de proximité que doit avoir un projet européen, avant d’appeler également de ses voeux un projet de fédéralisme poursuivant, dans un premier temps, une intégration économique et financière déjà en marche.
Après avoir posé plusieurs questions sur la communication des institutions européennes ou encore sur les moyens de s’investir dans l’action européenne, les participants ont été invités à partager un pot, avant la clôture de l’évènement vers 21h30.

Envie d'Europe ?

Adhérez ici !