TwitterFacebook Email
Twitter

Mardi 5 juin 2012, à l’occasion d’une nouvelle édition du cycle des petits déjeuners-débat au Sénat, Le président du ME-F Jean-Marie CAVADA, ainsi que la sénatrice, vice-présidente à la Commission aux affaires européennes du Sénat, Mme Catherine MORIN-DESAILLY, ont accueilli l’ambassadeur du Danemark en France, S.E. Mme Anne Dorte RIGGELSEN, sur le thème :

« La situation en Europe : bilan de la Présidence danoise
du Conseil de l’Union européenne »

Dans un climat convivial et une salle pleine, la sénatrice Mme Morin-Desailly  a introduit la séance et M. Cavada a remercié les participants pour leur présence.

 

Mme l’Ambassadeur a débuté son discours en soulignant les liens forts qu’elle et son pays entretiennent avec la France. Elle a qualifié la présidence danoise de « normale mais non sans ambition », contrairement au triomphe de 2002 qui marquait un tournant dans la construction européenne avec l’élargissement de l’UE à vingt cinq.

 

Mme RIGGELSEN a insisté sur plusieurs points centraux :

- La réduction du pacte budgétaire et la relance de la croissance. Elle a rappelé l’importance du Marché intérieur comme « clef de voûte » de la création d’emplois.

-  Le développement durable (une des priorités qui ont marqué cette présidence). La lutte pour le changement climatique est chère aux Danois comme aux pays nordiques en général. Consciente des difficultés dans ces temps de crises, l’investissement d’emplois « verts » est pourtant une solution d’intérêt économique.

- La politique étrangère. Le Danemark est une exception scandinave, étant membre actif de l’OTAN et de l’UE, et défenseur de la stabilité internationale. Il se rapproche donc plus de la France que de ses voisins.

 

L’intervention a suscité de nombreuses questions, notamment sur la position danoise concernant la résolution de la crise à 27. La vision danoise est optimiste et milite pour un changement rapide de la zone euro en lui donnant des outils.

 

Quant à savoir s’il existe deux Europe, l’une en faveur d’une union politique et l’autre préférant rester sur une coopération économique, il reste de nombreux eurosceptiques. Le Danemark prône la patience à la manière du père de l’Europe, Jean Monnet et sa méthode des « petits pas ».

 

Jean Marie Cavada a conclu le petit déjeuner en remerciant madame l’ambassadeur pour sa « simplicité » et lui a témoigné toute sa « considération et son estime ».

 

Lisez le discours intégral de S.E. Mme Dorte Riggelsen en cliquant ici.

 

Téléchargez le compte-rendu intégral de la conférence en cliquant ici.

Envie d'Europe ?

Adhérez ici !