Modification du mode de scrutin en France aux élections européennes, ouverture du SPD à des négociations en Allemagne en vue de la formation d’une nouvelle grande coalition, accord probable sur le montant du Brexit… Yves Bertoncini, Président du Mouvement Européen – France commente l’actualité européenne pour le journal Atlantico aux côtés de Rémi Bourgeot, Chercheur associé à l’IRIS.

L’occasion pour Yves Bertoncini de pointer un « contexte européen sans doute meilleur qu’il y a deux ans » et de pondérer ces bonnes nouvelles par l’attention que l’Union doit porter à de nombreux sujets, notamment les négociations du Brexit : « L’accord qui se dessine pour acter le divorce entre le Royaume-Uni et l’UE est une condition minimum pour commencer les négociations sur le futur partenariat entre ce pays et le continent. Et c’est là que les vraies difficultés vont commencer, y compris du point de vue de la cohésion des 27 autres Etats-membres, qui n’ont pas tous les mêmes intérêts et aspirations. »

Elections européennes. Suite à la proposition faite par le Gouvernement de retourner à un mode de scrutin opposant des listes nationales pour les élections de 2019, Yves Bertoncini marque son opposition à « un retour en arrière ». Une position également détaillée dans une récente tribune publiée avec Olivier Mousson, Secrétaire général du Mouvement Européen, sur Euractiv.

« Mieux vaudrait régionaliser le mode de scrutin en s’appuyant sur les nouvelles collectivités à dimension européenne récemment créées : la France n’est pas une circonscription, les Hauts de France et l’Ile de France ont vocation à l’être. » Yves Bertoncini, Président du Mouvement Européen – France au journal Atlantico

Retrouvez l’interview sur Atlantico.fr