Les militants du Mouvement Européen et leurs partenaires de l’Union des Fédéralistes Européens ont appelé le Président de la République à reconnaître officiellement les symboles de l’Union européenne. Alors qu’Emmanuel Macron a rappelé sa volonté de signer à cet effet la Déclaration 52 du Traité de Lisbonne, nos deux contributeurs analysent une décision politique importante, mais sans conséquence juridique directe.

Jérôme Quéré, Délégué à la Communication du Mouvement Européen – France et David Meyer, Membre du Comité Directeur de l’Union des Fédéralistes Européens – France, rappelle que les déclarations annexées au Traité ont une valeur symbolique. « Du point de vue du droit international, le contenu de cette déclaration est insuffisant pour créer des obligations juridiques. Les 16 pays signataires – bientôt 17 avec la France – y déclarent que les symboles européens continueront de représenter l’appartenance commune des citoyens à l’UE et de leurs liens avec celle-ci » ajoute-t-il notamment.

Retrouvez la tribune sur Euractiv : « La France reconnaît les symboles de l’Union, un progrès politique«