Les parlementaires européens élus en 2014 sont arrivés à mi-mandat en 2017.  Le Comité de liaison du Sud-Ouest du Mouvement Européen – France, l’Institut Jacques Delors, Le Mouvement Européen – France, Les Jeunes Européens – Toulouse et l’Ecole européenne de droit – European School of Law, Toulouse 1 Capitole University, organisent le 21 septembre 2017 à Toulouse un débat avec les eurodéputés de l’eurocirconscription Sud-Ouest pour continuer de donner un visage aux clivages politiques qui structurent la vie démocratique du Parlement européen et permettre un dialogue entre eurodéputés et citoyens sur le rôle du Parlement européen, de celui des eurodéputés, et des différents enjeux européens sur lesquels ils sont amenés à s’exprimer.

Inscription en ligne et obligatoire. 

 

L’Institut Jacques Delors et le Mouvement Européen – France ont élaboré des fiches, sur la base de données VoteWatch, afin d’analyser les votes exprimés par les parlementaires élus en France sur divers enjeux emblématiques soumis à leur approbation:

Le Parlement devrait-il censurer la Commission européenne ?


Les négociations du TTIP/TAFTA devraient-elles se poursuivre ?


Le secret des affaires devrait-il être protégé ?


Faudrait-il empêcher que les sociétés publiques de chemins de fer soient privatisées ?


Les employeurs devraient-ils interdire les signes religieux au travail ?


Faudrait-il une harmonisation fiscale au sein du marché unique ?


Faudrait-il limiter les interventions du Plan Juncker visant à soutenir la croissance ?


Le Budget de l’UE devrait-il être augmenté ?


L’UE devrait-elle se concentrer davantage sur l’investissement public que sur la discipline budgétaire ?


L’UE devrait-elle se doter d’une Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes ?


L’UE devrait-elle agir pour une plus grande inclusion sociale des réfugiés ainsi que pour leur intégration sur le marché du travail ?


Les réfugiés devraient-ils faire l’objet d’une répartition en Europe ?


Faudrait-il harmoniser les charges sociales et les salaires des travailleurs détachés sur ceux des travailleurs locaux?


Faudrait-il une harmonisation fiscale au sein du marché unique ?


L’UE devrait-elle s’opposer à l’instauration de normes minimales pour la mise en œuvre des garanties pour la jeunesse ?