Que représente l’Europe à vos yeux, et plus précisément dans le contexte des DOM-TOM ?

Dans le cadre des DOM-TOM, l’Europe  participe  au développement de ces territoires mais aussi au financement à travers le Programme opérationnel FEDER-FSE et autres « programmes de cohésion » depuis les années 1990. Nos territoires souhaitent l’accompagnement de l’Europe dans la dynamique foisonnante de la mondialisation. Par ailleurs, dans l’esprit de partenariat et non d’assistanat nous apportons nos atouts naturels (une riche biodiversité, des zones marines, notre situation géographique avec l’ouverture sur les Amériques…), la diversité humaine et culturelle qui contribuent à faire de l’Union Européenne le premier bloc  mondial présent sur les cinq continents. Il est important d’insister sur la réciprocité des relations entre l’Europe et les DOM-TOM. En effet, nous apportons aussi à l’Europe une meilleure connaissance de l’outre mer, une reconnaissance de notre existence et visons à casser la barrière de la méconnaissance afin de mieux faire connaitre à l’Europe ses atouts mais aussi ses difficultés.

 

Qu’attendez vous quant au développement de votre section ?

Notre ambition est de contribuer, autant que le permettent nos modestes moyens, au nouveau souffle que doit prendre le projet européen avec des valeurs renouvelées : notamment la démocratie,  le multiculturalisme, la lutte contre l’accroissement des inégalités face au développement, source de conflits de toutes natures. Plus spécifiquement pour nous, les Ultramarins, nous souhaitons dans nos populations casser la « barrière de la méconnaissance » due à notre insularité et à notre éloignement de l’Europe, et optimiser nos atouts de développement et de progrès que l’histoire ne nous a pas toujours permis.