Face aux crises qui touchent actuellement l’Europe, nous nous devons d’apporter des solutions concrètes, audacieuses et unanimes. C’est pour cette raison que le Mouvement Européen-France prend position sur la liberté de circulation en Europe et invite les différents organismes à s’y joindre ! 

Voici les éléments clés de cette prise de position :

La liberté de circulation des personnes est la preuve la plus tangible de l’intégration européenne. Inscrite dans les Traités, cette liberté est l’un des droits fondamentaux dont bénéficient les citoyens européens. L’ouverture des frontières intérieures en Europe n’est pas seulement une des caractéristiques majeures de  l’Union européenne, elle permet également une plus grande mobilité des personnes (notamment des travailleurs et des étudiants), véritable moteur de la prospérité de notre continent. Le rétablissement des contrôles systématiques et fixes aux frontières nationales annoncerait la fin de l’espace SCHENGEN dans sa forme actuelle tout en empiétant sur les droits des citoyens, mais aurait également un impact négatif sur la reprise économique de notre continent.

Dans le but de protéger la liberté de circulation et ainsi, le projet européen, voici ce que nous proposons :

 

 

Une gestion commune du contrôle des frontières extérieures de l’Europe

 

La protection de l’espace Schengen exige un niveau homogène de surveillance de toutes ses frontières extérieures, même si la géographie ne la facilite pas dans certains pays. Il nous faut investir conjointement dans le contrôle des frontières extérieures de l’Europe, en établissant notamment des garde-côtes et garde-frontières européens. Nous devons nous unir pour protéger nos frontières extérieures et assurer une gestion plus efficace des flux migratoires. Afin d’éviter la mise en place d’une « Europe forteresse », il faut néanmoins s’assurer d’une politique d’asile humaine et commune aux pays européens, qui exige notamment de progresser dans l’harmonisation de l’instruction des demandes d’asile et des conditions d’accueil des demandeurs. Par ailleurs, l’Union européenne doit protéger et promouvoir les voies d’immigration légale.

 

Partage des informations

 

Notre responsabilité commune dans le contrôle des frontières extérieures de l’espace Schengen et le renforcement du partage des informations doivent aller de pair avec le respect des droits fondamentaux des citoyens. Seul un partage total des informations entre les Etats membres, à la fois par les voies existantes mais aussi par de nouveaux moyens d’échange, assurera la sécurité commune de nos frontières extérieures tout en garantissant la liberté de circulation dans l’espace Schengen.

 

Une politique européenne d’immigration et d’asile commune

 

Face à une pression migratoire qui risque de se pérenniser, même si son intensité varie, nous devons mettre en place un système permanent et obligatoire qui assurerait un partage équitable de la prise en charge des demandeurs d’asile et de ses conséquences, y compris sous l’angle financier, comme le prévoit le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. L’objectif est de mettre en œuvre une solution structurelle et coordonnée de gestion des migrants afin de diminuer la tension existante entre les Etats membres et supprimer le besoin de rétablir les contrôles systématiques aux  frontières intérieures.

Tandis que l’Union européenne fait face à l’un des plus grands mouvements de population de son histoire récente, nous devons nous préparer à trouver des solutions audacieuses capables de protéger l’espace Schengen et nos droits. Cette solution doit également permettre aux citoyens de se déplacer librement, de travailler, d’échanger librement  des idées, des biens et des services  dans une quête commune de prospérité pour notre continent.

Signataires :

 

 Mouvement Européen-International 
  Mouvement Européen-France

Co-signataires :

 

Association Européenne de l’Education (AEDE FRANCE)

Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active (CEMEA)

Fédération Française des Maisons de l’Europe (FFME)

 

Crédits photo : notre-europe.eu