par groupe_énergie, publié le jeudi 16 décembre 2010

 

A l’issue de la COP16, le Mouvement Européen-France a rapidement réagi en publiant un communiqué de presse à partir d’un texte rédigé par Pierre Jourdan et validé par le GT Énergie/Climat. Optimiste sur la relance du processus de négociation multilatéral, il ne manque pas de souligner le manque de cohésion des États membres de l’UE, nuisant à son leadership.

 

En septembre 2010, le Mouvement Européen-France (ME-F) adressait une prise de position aux décideurs politiques des gouvernements et des institutions de l’Union européenne, les pressant de relancer le processus de négociation sur la limitation des gaz à effet de serre, en créant les conditions favorables à la conclusion d’un accord fin 2010, au plus tard fin 2011.

Au vu des résultats obtenus à la fin de la Conférence de Cancún, le Mouvement Européen- France espère que le processus de négociation multilatéral dans le cadre des Nations Unies est relancé après l’échec de Copenhague.

Le Mouvement Européen-France espère que l’accord de Cancún ouvre la voie à la conclusion d’un accord final lors de la prochaine Conférence en Afrique du Sud en 2011, sur la base d’une extension du Protocole de Kyoto.

Le Mouvement Européen-France en appelle à nouveau aux décideurs politiques européens pour qu’ils prennent les décisions permettant de consolider ces résultats.

Le Mouvement Européen-France considère que rien ne sera possible sans une représentation et une position fortes et communes de l’Union européenne au cours des négociations à venir. Force est de reconnaître que tel n’a pas encore été le cas à Cancún.

L’Union européenne pourra alors retrouver son leadership dans la lutte contre le changement climatique, incluant une exemplaire politique européenne de l’énergie.

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse en téléchargement.

 

Documents

 

 

Auteur

groupe_énergie