Sophie Auconie, Députée européenne (PPE) de l’eurocirconscription Centre-Massif central depuis 2009, Membre de la Commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire au Parlement Européen, était l’invitée de la section Côte-d’Or/Saône-et-Loire du Mouvement Européen France vendredi 24 mai pour participer à un « afterwork européen », rendez-vous informel et convivial lancé dans plusieurs villes en France par l’association afin de mieux faire connaître le rôle du Parlement Européen à un an des prochaines élections européennes du 25 mai 2014.

 

Yannick Hoppe, Vice-Président exécutif du Mouvement Européen France, Président de la section locale du ME-F a accueilli Sophie Auconie en indiquant que celle-ci venait d’être reconnue comme la meilleure eurodéputée française par le site MEPranking.eu et qu’ elle est une militante activement engagée au sein de l’association.

 

Sophie Auconie a introduit cette rencontre qui se déroulait à la brasserie « L’Edito » (place Darcy à Dijon) en rappelant le rôle de chacune des institutions européennes et en reconnaissant que cette architecture était peu lisible pour les citoyens. Le Parlement Européen a en effet vu ses pouvoirs renforcés par le Traité de Lisbonne qui le reconnaît comme pouvoir co-décisionnaire.

 

 L’avis de Sophie Auconie sur la vie des institutions européennes

Elle a salué le récent rejet par le Parlement Européen des propositions de cadre financier pluriannuel 2014-2020 prévoyant de nombreux budgets essentiels à la baisse. Cette décision va amener les chefs d’Etat et de Gouvernement à revoir leur projet et à mieux prendre en compte les attentes des parlementaires européens et des citoyens.

 

Elle a rappelé qu’elle faisait partie des quelques parlementaires du Parti Populaire Européen à avoir refusé de voter José Manuel Barroso à la présidence de la Commission. Elle a regretté que le jeu des intérêts nationaux soit encore trop présent dans la nomination des Commissaires, même si certains d’entre eux ont su montrer qu’ils savaient défendre un intérêt général européen à l’instar de Michel Barnier, Commissaire européen français, dans le domaine du marché intérieur.

 

La Vice-Présidente nationale de l’UDI en charge du rajeunissement et de la féminisation a aussi indiqué que sur de nombreux sujets de préoccupation quotidienne des citoyens, l’Europe n’était « pas une option mais une nécessité vitale ».

 

Elle a plaidé pour qu’un Président de l’Union Européenne puisse être élu un jour au suffrage universel direct, pour que la Commission européenne devienne un véritable gouvernement européen issue de la majorité élue au Parlement Européen, afin que l’UE soit plus efficace et plus proche des citoyens. Elle a aussi invité les responsables politiques nationaux et locaux à faire preuve de courage politique et être résolument Européens malgré les sondages d’opinion du moment témoignant d’une montée des inquiétudes et de méfiance à l’égard du projet européen.

 

 Des échanges constructifs sur les remarques et préoccupations des citoyens

Une vingtaine de citoyens ont répondu présents à l’invitation du ME-F pour échanger avec l’Eurodéputée. On notait parmi eux notamment la présence de François Hélie, Conseiller municipal UDI de Dijon, Marie-Claude Mille, Conseillère municipale de Dijon ainsi que de quelques représentants associatifs dijonnais.

 

Tout au long de la rencontre, Sophie Auconie, également élue locale à Tours, s’est volontiers prêtée au jeu des questions-réponses avec les citoyens et a répondu à de nombreuses interrogations sur divers sujets:

  • l’union monétaire
  • l’avenir de la zone euro
  • le budget européen
  • la défense européenne
  • l’énergie
  • la jeunesse
  • le fédéralisme
  • l’Europe sociale
  • l’importance et les enjeux européens des prochaines élections européennes

 

Rappel de Yannick Hoppe sur les actions du ME-F

Yannick Hoppe est revenu sur la campagne d’information lancée il y a quelques semaines par le Mouvement Européen France pour sensibiliser le grand public aux échéances de l’an prochain : une page facebook « Objectif 2014, je vote », un dépliant de présentation du rôle du Parlement Européen, des cartes postales invitant à participer au scrutin et à lutter contre l’abstention, des « afterworks » avec les eurodéputés dans de nombreuses villes en France.

« Face à des eurosceptiques qui entendent bien faire de l’Europe le bouc-émissaire trop facile de tous les problèmes, nous devrons tout au long des mois qui viennent expliquer la vérité aux citoyens, les inviter à s’emparer du débat européen et à faire le choix de familles politiques qui souhaitent plus d’intégration politique en Europe ».

 

 Le Président de la section locale du ME-F a remercié Sophie Auconie pour sa présence et son engagement pour une Europe fédérale en lui offrant au nom de l’association un souvenir dijonnais : une reproduction d’une plaque du « Parcours de la Chouette » à l’effigie de l’animal symbole de sagesse dont « l’Europe aura bien besoin ».

Prochain « afterwork  européen » à Dijon : le jeudi 6 juin autour de l’eurodéputée du Grand Est Sandrine Bélier (Europe Ecologie/Les Verts).