Budget : un débat d’épiciers irresponsables !

Par Alain REGUILLON, secrétaire fédéral de l’Union des fédéralistes européens France, Vice-président de la Maison de l’Europe et des Européens Lyon/Rhône-Alpes

L’actualité du mois de novembre a été dominée par le psychodrame du débat sur le cadre budgétaire 2014/2020. Ce feuilleton qui dure depuis de nombreux mois n’a pas trouvé de conclusion lors du Conseil européen de 22 et 23 novembre. Il nous est promis un dernier épisode pour le mois de janvier, mais comment croire des responsables politiques qui n’ont pour vision que leur tiroir caisse ?

Je consacrerai une part importante de cette lettre à analyser cet acte essentiel à la relance de l’activité économique européenne.

Autre dossier traité, celui de la dette grecque. Ce n’est plus un feuilleton, mais un boulet que des gardes-chiourmes -les ministres des finances- allègent sans oser le briser comme le voudrait le bon sens et la prise en compte de la dimension sociale de ce dossier. Ce n’est pas la première fois que je le dis. Aujourd’hui, je dénonce l’incompétence des ministres, la petitesse des Etats et l’incurie des institutions européennes.

Une fois encore, la richesse de l’actualité ne me permet pas d’évoquer tous les sujets. Je les aborde donc brièvement dans la rubrique « De tout un peu ». Pour certains, j’aurai l’opportunité de les développer dans les prochains mois car leur actualité s’inscrit dans le long terme. C’est vrai du «climat », de « l’industrie », ou encore de « l’énergie ».

A partir du mois de janvier 2013, de mensuelle, la lettre deviendra bimensuelle. Cela me permettra de développer plus complètement les différents points d’une actualité européenne de plus en plus riche, mais aussi de plus en plus préoccupante. La traiter deux fois par mois devrait faciliter un meilleur suivi des évènements.

Les « Jeudis de l’Europe », sont maintenus le premier jeudi de chaque mois. Ils connaîtront un changement en ce sens que je m’efforcerai d’avoir un invité qui accepterait de venir nous dire ce qu’il retient de cette actualité. Ainsi, nous devrions élargir nos débats et les rendre plus riches. Si certains d’entre vous sont intéressés par cet exercice, merci de me contacter. Je conserve, chaque trimestre, le rendez-vous avec Alain MALEGARIE pour faire le point sur les crises et en mesurer l’évolution.

Je vous souhaite bonne lecture de cette lettre et de très bonnes fêtes de fin d’année.

Lyon, le 6 décembre 2012

Pour lire la Lettre interne cliquez ici : Carnet d’Europe novembre 2012