Retrouvez ci-dessous la lettre d’actualité européenne du mois d’octobre d’Alain REGUILLON, Secrétaire fédéral de l’UEF-France, intitulée « L’Europe doit évoluer, mais pas sans les citoyens » :

« Il m’a paru important, considérant l’étape –et non l’anniversaire- de cinq ans de crise, de demander à Alain MALEGARIE de faire le point en tenant compte des évènements récents, dont l’adoption du Traité sur la stabilité, la convergence et la gouvernance européenne.

Depuis 2010, nous avons pris cette habitude, chaque début de trimestre, d’éclairer le citoyen sur l’évolution de ces évènements et de souligner ce que cette crise entraîne comme conséquences sociales, budgétaires, fiscales et politiques.

L’aspect politique nous paraît important en ce sens que la crise et ses effets touchent particulièrement l’Union européenne de par le simple fait qu’elle n’est pas un Etat. Situation que ne connaissent ni les USA, ni le Japon pourtant bien davantage endettés que nous.

Les gouvernants des pays membres prennent peu à peu conscience de ce handicap. Mais s’ils concèdent quelques transferts de souveraineté économique, budgétaire et sans doute fiscale devant l’urgence de se désendetter et de ne pas voir les marchés se détourner de l’Europe, ils ne sont pas prêts à faire le saut fédéral qui serait nécessaire et salutaire pour l’Union. »

 

Pour lire la suite, cliquez ici !