Portraits d’adhérents

Chaque adhérent possède ses raisons de s’être engagé dans le Mouvement Européen-France et chacun d’eux est une richesse pour faire progresser l’Europe.

Bernard Deladerrière est le Président de la section locale du ME-F-Seine-Maritime et Délégué au Bureau d’Yves Bertoncini, en charge de l’assistance technique et de la formation. Engagé au ME-F depuis 1992, il a multiplié les actions pour faire rayonner la pensée européenne en France et au delà. Chevalier de l’Ordre des Palmes académiques depuis le 29 juin 2017, du fait de sa contribution exceptionnelle à l’enrichissement du patrimoine culturel des jeunes européens, il souhaite transmettre aux jeunes de tous âges des valeurs de paix, d’engagement et de partage.   Lire la suite

  Lire la suite

 

1)       Si vous deviez décrire la section du Mouvement Européen-Paris en 3 mots, quels seraient-ils ?

 

Dynamisme, engagement, travail quotidien.

 

2)      Quel est votre parcours ? Comment êtes vous arrivé au ME-F ?

Suivant un Master en Affaires européennes, j’ai effectué un stage au Secrétariat national du Mouvement Européen-France pendant mon année de césure. Après y avoir passé 9 mois pleins de projets passionnants, je n’ai pas pu quitter cette grande famille et j’ai adhéré à la section de Paris.

 

3)      D’où est né votre intérêt pour l’Europe ?

J’ai commencé à m’intéresser à l’Europe pendant ma licence en relations internationales. Après y avoir consacré mon mémoire de fin d’études, j’ai décidé de faire des affaires européennes ma profession.

En arrivant en France pour mon Master, je me suis rendue compte que l’Europe était souvent mal connue par les Français. Déplorant cette situation de tout mon cœur, je pense que ce pays a plus que jamais besoin du travail du ME-F et de ses sections.

 

4)      Quelles sont vos missions au sein du ME-Paris ?

Membre récente du Bureau du ME-Paris, j’appuie principalement ses deux Présidents ainsi que son Secrétaire général dans la gestion de la section et coordination des projets. En ce moment je m’occupe notamment de la Fête de l’Europe la section de Paris fêtera le 7 mai prochain sur le parvis de l’Hôtel de Ville mais aussi dans la Mairie du 15ème arrondissement.

 

5)      Vous avez organisé le 12 avril dernier un événement sur le thème du Brexit. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ? Quel est votre point de vue sur la question ?

Le 12 avril dernier le ME-P a organisé une conférence « Brexit : Quelle diplomatie, quelle défénse européenne après le referendum du 23 juin ? » autour Lord David Owen, ancien Secrétaire d’Etat britannique aux Affaires étrangères, M. Michel Rocard, ancien Premier Ministre, Jean-Marie Cavada, député européen et Président du ME-F, ainsi que Jeremy Cliff, journaliste de The Economist.

Lors du débat les participants ont pu expliquer leur vision du rôle que joue la Grande Bretagne dans l’Union européenne, ainsi que les similarités et différences qui existent entre ce pays et « le continent ». A 2 mois d’un referendum qui définira le destin du Royaume-Uni mais potentiellement aussi celui de l’Europe, le travail d’information que le Mouvement Européen mène auprès des citoyens se présente d’autant plus important. A mon avis, les citoyens britanniques doivent faire eux-mêmes le choix de rester dans l’Union Européenne ou la quitter, j’espère uniquement qu’ils soient bien informés et non pas « manipulés » par les médias et personnalités politiques dans ce choix.

 

6)      Une anecdote sur l’Europe ?

Parfois j’ai l’impression que mon histoire personnelle peut elle-même être racontée comme une anecdote : une Russe profondément pro-européenne, je suis heureuse d’avoir pu trouver en France une association comme le ME-F où je travaille côte à côte avec des gens partageant les mêmes valeurs et convictions. Pour moi, l’Europe est faite d’histoires et d’engagements personnels similaires, et c’est notre unité qui constitue sa force. In varietate concordia!

 

 

1-     Quel a été votre parcours ?

 

J’avais 6 ans en 1940, sur les routes de l’exode; 10 ans en 1944 quand mon père a été fusillé par les Allemands. J’ai alors décidé d’être soldat, sans aucune hérédité militaire, non par vengeance mais pour que jamais plus ne se produisent de telles catastrophes, nationales ou individuelles. En 41 ans de services j’ai exercé toutes les fonctions opérationnelles, jusqu’au commandement de la 1°armée et la Forpronu.

 

2-     Comment êtes-vous arrivé au ME-F ? D’où est né votre intérêt pour l’Europe ?

 

Je suis au Mouvement Européen depuis ma retraite et européen de toujours ; furieux à 20 ans lorsque de Gaulle a torpillé la CED,  heureux de la réconciliation franco-allemande à laquelle j’ai participé, à ma place, lors de mes affectations en Allemagne, craignant aujourd’hui le « détricottage » de l’UE. J’attends des Européens convaincus, et du ME-France en particulier, un combat plus ardent pour dire que la solution à la crise économique et financière aussi bien qu’aux drames des réfugiés ne peut venir que d’un PLUS d’Europe, contrairement à ce que prétendent les Europhobes. Les peuples pourraient facilement comprendre cela si on savait mieux leur parler !

 

3-     Parlez nous de votre ouvrage Un monde en paix Une utopie réaliste ? 

 

Mon dernier livre UN MONDE EN PAIX dépasse le cadre de l’Europe puisqu’il dit la possibilité d’une destinée pacifique de l’humanité. Je consacre cependant tout un chapitre intitulé « L’Europe, puissance sage » où je dis le rôle qu’elle peut et doit avoir pour une gouvernance intelligente du monde. Voilà sans doute une ambition plus exaltante, pour les jeunes, que les quotas de lait ou de réfugiés !

 

Général jean Cot

Bernard Deladerrière est le Président de la  section locale du ME-F-Seine-Maritme. C’est dans sa belle ville de Rouen que se déroulera cette année l’Université d’automne du ME-F, les 6, 7 et 8 novembre prochains. Pour ‘loccasion nous l’avons interrogé sur son engagement auprès du ME-F et de son travail pour mener à bien cette Université d’automne.

Lire la suite