Partenaires d’Europe

Retrouvez ici toutes les actualités de nos partenaires du milieu européen.

A l’occasion de l’Assemblée générale du 19 novembre qui s’est tenue à La Rochelle, trois nouvelles organisations sont devenues Associations nationales membres du Mouvement Européen – France.

Lire la suite

 

Confrontations Europe a rejoint le collège des Associations nationales membres du Mouvement Européen – France à l’occasion de l’Assemblée générale du 19 novembre 2017  à La Rochelle. 

Lire la suite

 

Citoyennes pour l’Europe a rejoint le collège des Associations nationales membres du Mouvement Européen – France à l’occasion de l’Assemblée générale du 19 novembre 2017  à La Rochelle. 

Lire la suite

La Société d’Encouragement pour l’industrie nationale (SEIN) a rejoint le collège des Associations nationales membres du Mouvement Européen – France à l’occasion de l’Assemblée générale du 19 novembre 2017  à La Rochelle.  Lire la suite

Royaume-Uni. Le 23 juin 2016, 52 % des électeurs se prononcent en faveur de la sortie du pays de l’Union européenne. Depuis, l’incertitude sur les conséquences de cette décision plane. Sur la table, deux grandes options visant à définir les liens à conserver avec l’Union : un Brexit soft contre un Brexit dur. Mais quelle différence pour le Royaume-Uni et l’ensemble des Etats Membres de l’Union Européenne ?

Pour mieux comprendre la situation et ses enjeux, le Mouvement Européen – International a analysé les possibles scénarios auxquels les négociations pourraient aboutir, et ce, pour quatre secteurs phares des accords européens : la liberté de circulation des personnes ; la protection des consommateurs, des travailleurs et de l’environnement ; le commerce ; la sécurité et la défense.

 

Dans le cas d’un soft Brexit (« Brexit léger » traduit en Français), les citoyens britanniques continueraient à bénéficier du marché unique, l’impact sur la circulation des personnes et des travailleurs serait limité et les acquis sociaux et normes environnementales seraient conservés. Pour continuer à jouir de ses avantages, le Royaume-Uni contribuerait au budget de l’Union, mais ne disposerait plus de pouvoir politique législatif ou politique en son sein.

En revanche, un hard Brexit aurait des conséquences bien plus importantes pour les citoyens : la sortie du marché communautaire, et même de l’Union douanière européenne. Les relations commerciales entre le UK et l’UE seraient uniquement régies par l’OMC, des mesures strictes de contrôle de l’immigration seraient instaurées, des déficiences en matière de sécurité apparaîtront et certaines protections sociales et environnementales ne seraient plus garanties. Tel pourrait se profiler l’avenir post-Brexit du Royaume-Uni et de l’Union européenne…

 

Vous voulez en savoir plus ? Pour découvrir ces scénarii en détails, n’hésitez pas à cliquer ICI