Argumentaires et réactions du ME-F

Retrouvez ici les argumentaires et réactions de nos membres sur divers sujets qui font l’actualité européenne.

Le Parlement européen s’engage à soutenir des Statuts européens pour les associations, les fondations et les mutuelles !

publié le jeudi 10 mars 2011

 

L’Alliance européenne pour le Statut de l’Association européenne (EASEA) se félicite de la proclamation du soutien du Parlement européen pour un statut des Associations européennes. L’annonce a été faite aujourd’hui par Jerzy Buzek, Président du PE, lors de la session plénière à Strasbourg. Cette annonce se produit suite à la signature de la Déclaration écrite 84/2010, texte qui demandait la reconnaissance légal d’organisations transnationales, par une majorité de députés.Les membres de l’EASEA célèbrent le succès de la campagne pour l’établissement d’un Statut européen pour les associations européennes, qui donnera une reconnaissance institutionnelle à l’engagement et à l’activisme des citoyens qui se regroupent au sein d’associations à travers l’Europe. Diogo Pinto, Secrétaire général du Mouvement Européen International, a affirmé que « ce statut représentera une reconnaissance officielle de la légitimité et de la pertinence de la voix collective des associations européennes dans une démocratie européenne plus participative ».

Maintenant, le Parlement européen va transmettre la Déclaration 84/2010 à la Commission européenne, au Conseil et aux gouvernements et parlements des États membres. Les membres de l’EASEA ont invité les institutions à tenir compte de ces recommandations pour garantir la reconnaissance des associations européennes.

Communiqué de presse du ME-F : Le nucléaire est une politique européenne !

publié le vendredi 25 mars 2011

 

25 mars 2011

Le nucléaire est une politique européenne !

Le 11 mars dernier, un séisme de force exceptionnelle a fait trembler le Japon, provoquant la mise à l’arrêt des réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima n° 1, puis un violent tsunami a rendu inutilisables ses dispositifs de secours. Depuis la communauté internationale vit dans l’attente d’une éventuelle catastrophe nucléaire.

On ne peut pour le moment évaluer toutes les conséquences de cet accident. Cependant, la question de l’utilisation du nucléaire de fission comme source d’énergie est relancée dans le monde entier. En Europe, les Etats membres ont réagi en ordre dispersé. L’Allemagne a décidé l’arrêt immédiat, pour trois mois au moins, de sept de ses réacteurs nucléaires. La France a déclaré qu’elle passerait en revue ses centrales. D’autres pays comme la Belgique ou la Pologne restent dans l’expectative de même que le Royaume-Uni où un programme de construction de centrales sur huit nouveaux sites avait été confirmé en octobre dernier.

A Bruxelles, la Commission européenne oeuvre pour que les 27 Etats membres de l’Union européenne s’accordent sur les modalités « des tests de résistance » à réaliser aussitôt que possible sur leurs centrales nucléaires. Ces tests seront conduits sous le contrôle de l’ENSREG, le groupe indépendant d’experts en sûreté nucléaire créé en 2007.

C’est un premier pas, hélas insuffisant. Il n’est pas dans le rôle du Mouvement Européen-France de se prononcer pour ou contre l’énergie nucléaire. Il est par contre de son devoir d’appeler à ce que le débat sur cette question soit avant tout européen.L’énergie, la protection de l’environnement et la sécurité des citoyens face à ce type de catastrophe dépassent maintenant le cadre national.

Les discussions sur le nucléaire doivent être intégrées dans l’élaboration de la politique européenne de l’énergie prévue par le Traité de Lisbonne. Le Mouvement Européen-France a déjà plusieurs fois appelé de ses voeux la mise en place de cette politique, en particulier dans ses aspects de l’efficacité énergétique et du développement des infrastructures et des énergies renouvelables.

Cette prise de position a été élaborée avec le Groupe Climat / Energie du Mouvement Européen-France.

 

Documents

PDF – 173.6 ko

Communiqué de presse du ME-F : Pour un marché unique plus proche des citoyens

Le Mouvement Européen-France répond à la consultation de la Commission européenne sur l’Acte pour le Marché unique

publié le lundi 28 février 2011

 

Le ME-F salue la volonté de la Commission européenne de consulter largement la société civile et les citoyens sur le marché unique.Le ME-F note également le souhait affiché par la Commission de prendre davantage en compte les questions d’ordre social dans le développement du marché unique, questions trop souvent laissées au second plan.

Il se réjouit enfin de la nouvelle philosophie proposée qui consiste en une approche plus transversale et un marché unique rééquilibré sous un angle plus social, écologique et démocratique.

Les citoyens membres du Mouvement Européen-France souhaitent que, dans le cadre de sa réflexion, la Commission s’attache à proposer des solutions claires sur des problèmes concrets et précis (Brevet européen, impôt sur les sociétés, accès des PME au financement, accès aux professions réglementées), mais également à affirmer de grands principes qui doivent guider le développement du marché intérieur (consultation de la société civile, respect des droits sociaux fondamentaux, innovation sociale, etc.).

Le ME-F considère cependant que certaines mesures sont encore trop timides, notamment celles proposées pour le contrôle des organismes financiers, les services publics et la politique fiscale. Il souhaite que la question de la mise en place d’une véritable politique industrielle européenne soit davantage traitée.

Enfin, le ME-F espère que ces propositions aboutiront bien à la mise en place de mesures concrètes qui permettront aux citoyens européens et aux entreprises de se saisir pleinement de toutes les opportunités de la construction européenne.

La réponse à la consultation a été élaborée par le travail collectif de plusieurs sections locales du Mouvement Européen-France regroupant des citoyens.

 

Document

PDF – 59.2 ko

Communiqué de presse du ME-F sur la situation au Maghreb

publié le jeudi 24 février 2011

 

Pour une implication plus forte de l’Europe dans les pays du Maghreb

 

Le Mouvement Européen-France s’inquiète de la situation en Libye. Il souhaite que l’Union européenne s’exprime plus clairement et fermement pour condamner la répression en cours contre le peuple libyen et prenne des mesures énergiques comme la rupture de toutes relations avec le gouvernement de M. Kadhafi et le blocage des avoirs en Europe des dirigeant libyens.

Pour ce qui est de nos relations avec les nouveaux gouvernements en Tunisie et en Egypte, il faut un geste fort que le Mouvement Européen-France attend toujours. Il conviendrait de proposer à ces deux pays une forme de partenariat privilégié comprenant une coopération étroite dans tous les domaines et une aide financière autre que symbolique et attribuée dans les plus brefs délais.

L’Union européenne doit comprendre qu’au cours des prochains mois se dessine sans doute de l’autre côté de la Méditerrané un destin qui concerne aussi bien les peuples qui vivent ces révolutions que les Européens. La stabilité en Europe a tout à gagner à l’émergence de pays démocratiques à même de construire enfin une économie et une société ouverte, capable de retenir la jeunesse, une jeunesse souvent bien formée et apte à prendre en main le développement de son pays.

 

Document

PDF – 58.6 ko

Communiqué de presse de l’Association Française du Conseil des Communes et Régions d’Europe, membre du ME-F

« Commission Franco-Allemande – À Berlin, les collectivités territoriales françaises et allemandes réfléchissent ensemble à l’évolution de leurs jumelages et coopérations »

publié le mercredi 9 février 2011

 

L’Association Française du Conseil des Communes et Régions d’Europe et son partenaire allemand, le Rat der Gemeinden und Regionen Europas, ont organisé, les 20 et 21 janvier, une conférence intitulée : « De l’amitié à la coopération Franco-Allemande : quelle contribution des collectivités locales ? », à Berlin, à l’Ambassade de France, dans le cadre de la Commission Franco-Allemande des élus locaux et régionaux.
Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse et le projet de Déclaration finale

 

Documents