Communiqués de presse

Retrouvez ici les différents communiqués de presse, tribunes, passages médias et appels du Mouvement Européen-France et de ses membres.

Communiqué de presse : Le Mouvement Européen International demande au Conseil européen de respecter et d’encourager la méthode communautaire

publié le jeudi 24 mars 2011

 

Le Conseil européen des 24 et 25 mars 2011 sur une gouvernance économique européennesera visionnaire ou pourra, au contraire, représenter un retour à l’intergouvernementalisme alors que les Etats membres de l’Union européenne sont sur le point de créer un précédent pour la future architecture de la politique européenne.Compte tenu de l’étendue et du caractère fondamental des décisions qui sont en jeu pour une gouvernance économique européenne, le Mouvement Européen déconseille une utilisation de la “Méthode de l’Union” qui impliquerait uniquement les Etats membres. Les expériences passées, usant de la méthode intergouvernementale, ont montré qu’une simple coordination entre Etats membres n’engendre qu’une action lente, tardive et insuffisante, dénuée de dimension européenne. Seule la méthode communautaire, associant toutes les institutions de l’Union européenne, peut garantir la pleine responsabilité démocratique des politiques européennes.

Indépendante des intérêts nationaux, la Commission européenne jouit de la légitimité de coordonner les politiques européennes. Elle doit donc jouer un rôle central dans la future structure de gouvernance économique européenne, tout en étant soumise au contrôle démocratique du Parlement européen. La Commission doit non seulement initier, coordonner et veiller sur les politiques économiques de l’UE, mais doit aussi agir comme un gouvernement économique européen.

Prise de position du Mouvement Européen-France : « L’Espace Schengen est un espace européen »

publié le mercredi 4 mai 2011

 

26 avril 2011

« L’Espace Schengen est un espace européen »

Depuis plusieurs semaines, un vif débat a lieu en Europe concernant les questions migratoires, en particulier les flux en provenance d’Afrique du Nord. Les révolutions en cours ont eu pour effet immédiat un afflux inhabituel de migrants, principalement Tunisiens, sur les côtes italiennes notamment. Face à cette situation, plusieurs voix s’élèvent pour remettre en cause, partiellement ou totalement, certaines dispositions des accords de Schengen.Le Mouvement Européen-France souhaite rappeler que la suppression des frontières physiques dans l’espace de Schengen est l’un des plus grand acquis de la construction européenne. Au-delà du symbole, c’est également un aspect primordial de l’Europe concrète à laquelle les citoyens européens aspirent. Remettre en cause Schengen serait un retour en arrière inacceptable.

Les dispositions de cet accord sont sans doute perfectibles et, face à des problèmes nouveaux, des réformes peuvent être nécessaires. Cependant, le Mouvement Européen-France appelle à ce que d’éventuelles réformes soient proposées et discutées en commun au niveau européen et non par le biais de décisions uni ou bilatérales. Une réforme de Schengen doit se baser sur des données objectives et ne pas être une réponse préparée à la va-vite sous la pression d’une actualité médiatique. Ce qui est en cause ce n’est pas Schengen mais l’absence d’une véritable politique commune de l’immigration. Encore une fois, on voit là les problèmes posés par l’absence d’Europe. Il faut d’urgence renforcer l’action commune, l’agence Frontex en particulier. Modifier Schengen ne servirait à rien si, face à un problème réel, on ne se décidait pas à vouloir et trouver une solution européenne commune.

Documents

PDF – 173.3 ko

Prise de position du ME-F : « Pour une véritable politique d’immigration solidaire »

publié le mardi 3 mai 2011

 

19 avril 2011

« Pour une véritable politique d’immigration solidaire »

Le Mouvement Européen-France a suivi depuis plusieurs semaines les événements qui se déroulent sur la rive Sud de la Méditerranée. L’une des conséquences des révolutions en cours est un afflux important d’immigrants sur les côtes européennes, notamment en Italie.
Face à cette situation, le Mouvement Européen-France se félicite des conclusions du Conseil du 12 avril dernier qui réaffirment la nécessité d’une « solidarité authentique et concrète envers les Etats membres les plus directement concernés ». Il constate cependant que l’attitude adoptée par plusieurs Etats de l’Union ne semble, hélas, pas aller dans ce sens.
Il appelle ainsi les pays de l’Union européenne à respecter leur engagement et à faire preuve de davantage de solidarité entre eux et envers les pays de la rive Sud de la Méditerranée. Comme il l’a déjà affirmé, le ME-F pense qu’une politique d’immigration à long terme est nécessaire pour organiser l’accueil et l’intégration des étrangers, dont l’arrivée est prévisible et nécessaire au développement de l’Europe.
Si une solidarité européenne n’est pas mise au premier plan, la réaction du ministre italien Roberto Maroni qui « [se] demande, au vu de cette situation, si cela fait sens de rester au sein de l’Union européenne » pourrait devenir la pensée la plus répandue, et ceci le Mouvement Européen ne peut l’accepter.

 

Document

PDF – 172.8 ko

Communiqué de presse du ME-F : Le nucléaire est une politique européenne !

publié le vendredi 25 mars 2011

 

25 mars 2011

Le nucléaire est une politique européenne !

Le 11 mars dernier, un séisme de force exceptionnelle a fait trembler le Japon, provoquant la mise à l’arrêt des réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima n° 1, puis un violent tsunami a rendu inutilisables ses dispositifs de secours. Depuis la communauté internationale vit dans l’attente d’une éventuelle catastrophe nucléaire.

On ne peut pour le moment évaluer toutes les conséquences de cet accident. Cependant, la question de l’utilisation du nucléaire de fission comme source d’énergie est relancée dans le monde entier. En Europe, les Etats membres ont réagi en ordre dispersé. L’Allemagne a décidé l’arrêt immédiat, pour trois mois au moins, de sept de ses réacteurs nucléaires. La France a déclaré qu’elle passerait en revue ses centrales. D’autres pays comme la Belgique ou la Pologne restent dans l’expectative de même que le Royaume-Uni où un programme de construction de centrales sur huit nouveaux sites avait été confirmé en octobre dernier.

A Bruxelles, la Commission européenne oeuvre pour que les 27 Etats membres de l’Union européenne s’accordent sur les modalités « des tests de résistance » à réaliser aussitôt que possible sur leurs centrales nucléaires. Ces tests seront conduits sous le contrôle de l’ENSREG, le groupe indépendant d’experts en sûreté nucléaire créé en 2007.

C’est un premier pas, hélas insuffisant. Il n’est pas dans le rôle du Mouvement Européen-France de se prononcer pour ou contre l’énergie nucléaire. Il est par contre de son devoir d’appeler à ce que le débat sur cette question soit avant tout européen.L’énergie, la protection de l’environnement et la sécurité des citoyens face à ce type de catastrophe dépassent maintenant le cadre national.

Les discussions sur le nucléaire doivent être intégrées dans l’élaboration de la politique européenne de l’énergie prévue par le Traité de Lisbonne. Le Mouvement Européen-France a déjà plusieurs fois appelé de ses voeux la mise en place de cette politique, en particulier dans ses aspects de l’efficacité énergétique et du développement des infrastructures et des énergies renouvelables.

Cette prise de position a été élaborée avec le Groupe Climat / Energie du Mouvement Européen-France.

 

Documents

PDF – 173.6 ko