Comprendre les résultats des élections législatives du 24 septembre dernier en Allemagne ainsi que leurs conséquences, tel est l’objet de la contribution de Bernard DELADERRIERE, Président du Mouvement Européen Seine-Maritime et membre du Bureau du  Mouvement Européen – France.

 

Selon les derniers sondages, près de 85 % des Allemands souhaitent très largement la stabilité politique et ne remettent pas en cause la bonne santé sociale et économique de l’Allemagne, et ce, malgré l’apparition d’une droite nationaliste xénophobe et eurosceptique. Lire la suite

Les Jeunes Européens – France se sont rendus à Reims mardi 21 novembre à la rencontre des agents de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ). Au programme, une simulation de Parlement européen pour se mettre dans la peau de députés européens le temps d’une journée. L’occasion pour les équipes de cette institution franco-allemande d’expérimenter eux-mêmes des techniques d’éducation non-formelle utilisées par leurs partenaires pour sensibiliser les jeunes au fonctionnement de l’Union européenne.

Lire la suite

Dans le cadre du partenariat du ME-F avec Notre Europe-Institut Jacques Delors et VoteWatch, retrouvez ci-dessous les votes des Eurodéputés de l’Est à mi-mandat (mandature 2014-2019) sur 20 votes-clés. A l’occasion du Grand Oral des eurodéputés organisé ce jeudi 14 décembre à Reims, retrouvez les positions prises par les élus du Grand Est au Parlement européen.

Lire la suite

Yves Bertoncini, Président du Mouvement Européen – France, analyse le Conseil européen des 14 et 15 décembre pour le média Atlantico dans une interview croisée avec les chercheurs Rémy Bourgeot et Christophe Bouillaud. 

« Ce Conseil européen va d’abord acter le passage à la 2e phase des négociations du Brexit, à l’issue d’une période pendant laquelle les 27 ont affiché leur unité vis-à-vis de Londres » commente Yves Bertoncini pour Atlantico. Au-delà du simple règlement du divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, les négociations ont permis aux chefs d’État et de gouvernement des 27 de réaffirmer leur volonté d’appartenance à l’Union européenne. Volonté qui peut servir de base à « une relance de la construction européenne ». A condition que les États « sortent de leurs crises de copropriétaires successives, sur l’organisation de la zone euro, la gestion des flux de réfugiés et de migrants, le respect de l’état de droit et bientôt la révision de leur budget commun ».

Lire la suite


» PLUS D'ACTUALITÉ